Acteurs·Cinéma

Julieta – Almodovar

860340a870307ab36f6588e89ea67b77

Ce tissu rouge ondulant qui envahit l’écran. Un plan plus large et c’est une robe éclatante porté par la blonde Julieta. Et c’est le fantôme de Becky qui apparait. Marisa Paredes n’est nul part ici, et elle est partout. La souffrance de la mère, sa dis-fonctionnalité, la relation déséquilibré avec sa fille. La quasi absence du père. Les premières séquences se succèdent et tout le cinéma d’Almodovar me saute au visage.Tout est là. Et peu à peu Julieta (Adriana Ugarte/Emma Suarez) et Antia (Blanca Pares/Priscilla Delgado) prennent leur place, passent au premier plan. Rappellent souvent les illustres comédiennes et situations des films de leur réalisateur, mais elle se font leurs places à leurs côté. Et une nouvelle fois ces femmes à l’écran fonctionnent et dis-fonctionnent à merveille, ensembles.

 

Le cinéma d’Almodovar a un pouvoir énorme sur moi. L’atmosphère, les couleurs, les femmes, Madrid, les obsessions. L’assemblage, ces histoires qui avancent avec caractère, je plonge dedans avec délectation, j’en ressort souvent, comme ce soir, la gorge serrée, immergée dans le film, toujours un peu retournée par le regard bienveillant et déterminé qu’Almodovar porte sur les femmes qu’il nous montre. Sa tendresse pour celles qu’il place dans des situations éprouvante me surprend à chaque fois. Je devrait pourtant m’y attendre, je les aient tous vu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s