Musique

Keith Richards, la vie de rock star

9e1e851a50e0530e4f89d4ebd859e00e

Keith Richards a inventé le rôle de la rock star. Il est un des premiers héros du genre, a participé pleinement à l’explosion du rock anglais, est celui qui a survécu et est là pour témoigner de ce que furent ces années folles. Mais pas seulement, il est celui qui a vieilli, il est la rock star vieillissante, qui n’a jamais rien lâché à part les drogues dures. Celui qui profite de sa légende.

Tous les rockers londonien majeurs des années soixante ont globalement la même histoire. Une enfance dans une banlieue plus ou moins lointaine de Londres, la découverte plus ou moins facilitée du blues et du rock’n’roll. Muddy Waters et Elvis qui se percutent. A un moment un membre de leur famille leurs mets une guitare entre les mains, ils apprennent plus ou moins seul. Peut être rentre dans un premier groupe. Émulation, première armes. Beaucoup vont dans des « art school » les futures stars s’y rencontrent. Et puis ils arrivent à Londres pour tenter de percer. Là les histoires divergent, mais il s’agit toujours de la même choses, se faire voir, jouer, rencontrer un maximum de monde, se faire connaitre des musiciens londonien déjà connu. Se faire remarquer.

Alors qu’un journaliste demandait à Jimmy Page si il comptait écrire une autobiographie, le guitariste lui a répondu que Keith Richards à déjà fait ça très bien avec Life. L’intervieweur s’étonne. Keith n’a quand même pas écrit la vie de toutes les rock stars de sa génération ? Jimmy dit que si, les histoires ne varient que dans les détails. Ils ont tous globalement la même vie. De la part d’un des seuls qui a tenu le même rythme effréné, autant sur le plan artistique que pour le mode de vie que Keith Richards, et qui est toujours là pour le raconter, l’affirmation est indiscutable.

Le rythme de Keith. Énormément de ses confrères et consœurs ont eu le même. Ils en sont mort. En Amérique, Jimmy Hendrix, Janis Joplin. Tout pour devenir des légendes. Ce qu’ils sont. Mais il n’ont pas survécu à ce que ça impliquait, la drogue, l’alcool, une vie effrénée, instable. Et l’adoration du public qui rend dingue. En Angleterre, un seul exemple, mais oh combien emblématique, Brian Jones. Brian était l’âme des Rolling Stones, il est le fondateur du groupe, il a trouvé le nom alors qu’on leur en demandaient un dans la seconde pour pouvoir les programmer dans un concert. Brian est mort de s’être pris pour la plus grande rock star qui soit, pour s’être drogué autant qu’il pouvait, pour avoir tenter de prouver qu’il était toujours le plus important du groupe alors qu’il était devenu encore moins que l’ombre de lui même. Pendant ce temps là, Keith plongeait à son tour dans la drogue, l’alcool, la célébrité. Mais à la différence de Brian il a toujours gardé la tête sur les épaules. Le travail était là pour le tenir, il fallait absolument faire des disques et jouer sans cesse. Et c’était au moins aussi important que la drogue, la vie de rock star et Anita Pallenberg, sa compagne, piquée à Brian. La mère de ses premiers enfants.

1fd37de9cdfd5b8953d0574232b5f339

Keith Richards a été un des premiers à fonder une famille. Une famille à l’image de sa vie, rock’n’roll. Avec son lot de scandales, complètement dans la marge aux yeux de la société anglaise bien pensante. Mais il a eu trois enfants alors qu’il était en train de construire sa légende. D’abord il y a eu Marlon, celui qui a eu l’enfance à la fois la moins et la plus traditionnelle. Ces parents se sont toujours occupés de lui, ils a été partout avec eux, les nombreuses photos de Keith et Anita les montrent régulièrement avec Marlon, on voit ce petit garçon dormir dans les bras de son père à la descente de l’avion, on le voit à Nellcote avec un de ses deux parents, Anita pendant que Keith travaillait, puis avec lui quand il prenait la relève. Et puis les photos dans les salles de concert ou sur scène pendant que Keith prend possession de l’espace. Puis il y a eu Dandelion, essentiellement élevée par la mère de Keith, ces parents ne voulaient pas faire subir à leur deuxième enfants leur vie infernale, sans repos. Elle se fait très vite appeler Angela et se fera renommer légalement quand elle en aura le droit. Et puis le drame, Tara, leurs deuxième fils mort peu après sa naissance.

En 1976, à Toronto, la vie de Keith Richards a faillit basculer. Il est arrêté pour possession d’une grande quantité de drogue. A ce moment là, il n’y a vraiment plus grand chose qui le fait tenir debout, ses enfants, et devoir être sur scène. Le reste est plombé par sa vie de junkie. Depuis la mort de Tara, sa relation, déjà compliquée, avec Anita est de plus en plus difficile. Mais il ne veux pas la quitter car elle est la mère de ces enfants. Et Keith est un homme droit dans ses bottes, avec tout ce qui le touche, et surtout avec les femmes de sa vie. Il ne les laissent pas tomber. Mais avec elle il va être obligé de le faire, il s’en rend compte à ce moment là. Si ils continuent de vivre ensemble, de vraiment se voir, ils vont se détruire et mourir. Il quitte Anita et échappe à la prison grâce à une canadienne, aveugle, qui va témoigner au tribunal, elle va parler de la droiture de Keith Richards, de l’homme qu’il est au delà de la drogue et de sa vie on ne peux plus dissolue. Il va s’engager à se désintoxiquer. Va le faire. Et donnera un concert au profit d’une association qui s’occupe de personnes aveugles. Et sera toujours reconnaissant pour celle qu’il appellera désormais « Mon ange aveugle ». Il la fera profiter des tournées canadienne des Stones, en lui faisant faire la route d’un concert à l’autre avec le staff technique du groupe.

7abaa2ffc2bdd05a274bcf773e7e6a0a

La vie de rock star de Keith Richards va prendre un virage à ce moment là. Il n’est plus un junkie. Il va pouvoir profiter de la légende qu’il c’est construite pendant les années soixante et soixante dix. Et c’est le moment ou il se fâche avec Mick Jagger. Leurs carrière vont prendre des directions différente. Là ou Mick s’intéresse à ce qui est à la mode, Keith lui est toujours plus attiré par ce qui a fait sa musique, le blues, le rock’n’roll, le rythm’n’blues. Et à l’image du chanteur il va se lancer dans une carrière solo et dans un groupe parallèle aux Stones, The New Barbarians avec notamment Ronnie Wood. Mais il va aussi continuer d’enregistrer des disques avec les Stones. Disques tous plus dispensable les uns que les autres.

Mais ce qui va être le plus intéressant maintenant c’est son attitude. Il est une légende, il a une façon de se tenir, un tempérament. Keith est ombrageux, il passe de très nombreux concerts au fond de la scène avec Charlie et le bassiste à jouer sans se préoccuper de se qui se passe à l’avant. Il ne laisse jamais Mick se planter, mais n’en fait pas plus que nécessaire. Ignore carrément le public. S’en fiche. Mais c’est aussi ce qui le caractérise. Keith Richards n’est pas un poseur. Jamais. Il n’en a pas besoin, son charisme, sa façon d’être suffit à le rendre intéressant. Jamais besoin d’en faire plus.

Désormais il est une rock star vieillissante. Il vient de faire ses deux meilleurs disques depuis très longtemps. Crosseyed Heart, son troisième disque solo sortit fin 2015, son hommage personnel à ce qu’il aime dans la musique, le blues bien sur, mais aussi le reggae et la country. Et puis le magnifique Blue And Lonesome, disque de reprises avec les Stones. Il n’y chante pas, mais ce n’était pas la peine. Il est là pour tenir la guitare, soutenir la voix de bluesman de Mick. Rendre son deuxième hommage, en tant que guitariste cette fois ci.

Maintenant il peut arriver n’importe quoi à Keith Richards, il est une de ces dernières figures tutélaire de l’histoire du rock. Il est celui qui à fait la légende, et lui a survécu.

7eada031c7d5c03b372d1bdc5e59fb83

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s