Acteurs·Série

Témoins de Frank Underwood

C’est une série que l’on regarde grâce aux personnages. Pas par sympathie, au contraire, Frank Underwood est profondément antipathique. Dès les premiers épisodes, dès que la machine de guerre Underwood se met en marche, il est détestable. Et on ne peut plus le lâcher, il nous attrape et nous fascine. Sa femme, Claire, fabuleuse Robin Wright, est magistrale, Frank n’est rien sans elle. Elle est le moteur de la machination, de la vengeance.

Car tout commence par une vengeance. Les perdants se vengent des vainqueurs. Dans le même camp politique, ils vont tout faire pour les mettre à terre. Les piétiner, les liquider. On ne se met pas en travers des ambitions des personnages principaux de House of Cards. Car ce sont des salauds, des salauds très intelligents, avec des ambitions rendues d’autant plus terrifiante par ce qu’ils considèrent, à tort où à raison comme des humiliations. Aucun personnages sympathique, avec la volonté de faire le bien, qui ne veux pas écraser tout ce qui se passe autour ne s’en sort correctement. Ils sont tués, se font éjecter, placardiser.

A un moment, Franck, arrivé au sommet, va être aveuglé par sa position, par la réussite de son ambition. Il oublie qu’il n’est pas arrivé là seul. Il oublie Claire, il oublie Doug, son bras droit. Tout deux tueraient pour lui. Et il l’oublie, les croient acquis, les traitent extrêmement mal. Les perds presque. Il faut qu’il manque de justesse d’être définitivement fini, et, qu’ils lui sauvent la mise, pour qu’il se rappelle qu’il ne serait rien sans eux. Que l’ambition n’est voué qu’à l’échec quand on est seul, mal entouré. Et le spectateur est ravie de ce retour à l’attaque. On ne l’aime pas pour lui, on veux savoir jusqu’où est ce qu’il peut aller. Et il peut aller loin. Très loin. Et nous prends comme témoins.

Un des coup de génie de la série ce sont ces regards caméra. Frank nous prend à partie. Nous somme les spectateurs de son machiavélisme. Et il le sait. Il nous parle. Humilie pour nous, devant nous. Le personnage abat le quatrième mur, l’écran n’existe plus, nous somme dans la pièce avec lui. C’est précisément en nous incluant dans l’intrigue que House of Cards nous emporte avec elle. Le premier coup d’œil de Frank à la caméra dans le premier épisode d’une nouvelle saison, et nous y sommes de nouveau, sourire aux lèvres, prêt à suivre notre ordure préféré au sommet du monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s