Peintre·Photo

Andy Warhol, l’art des apparences

Andy Warhol

Andy Warhol disait que pour le comprendre, pour comprendre son travail, il suffisait de le regarder et de regarder ce qu’il faisait. Qu’il n’y avait rien d’autre. C’était une posture, mais pas tant que ça. Son personnage public, son œuvre ne parle presque que des apparences. Pourtant son travail est trop souvent sujet à sur-interprétations.

Ce n’est pas facile d’écrire, de travailler sur Andy Warhol. Il ne faut pas chercher à en dire trop, car très vite, trop vite, on en dit plus qu’il ne voulait en dire. C’était un visionnaire. Des le début des années soixante il a vu arriver ce qui régit notre société médiatisée. Il a prédit qu’à l’avenir chacun voudrait ou pourrait avoir un quart d’heure de célébrité. Pas pour quelque chose d’exceptionnel, qui rend célèbre. Non, la célébrité pour la célébrité. Rien d’autre. On n’y est. Presque tout son travail repose sur un autre principe qui sous tend notre vie : le culte de l’apparence. Si on met à part son attirance mêlé de peur panique envers la mort et, principalement, ses sérigraphie sur les accidents de voitures, notamment celui de James Dean, il n’est jamais question que de ce qu’on montre, de ce que sont les gens, les objets, et de ce qu’ils paraissent être.

En 1963, après la mort de Kennedy, il s’attache à mettre en miroir des photos de Jackie Kennedy avant et après l’assassinat de son mari. Il les choisit, les positionnent sur un damier de quatre photos sur quatre et nous présente la femme souriante, en représentation, d’avant le 22 novembre 1963, et celle hébétée, choquée et grave des jours suivant. Warhol n’a pas d’autre but que de nous la montrer. De montrer l’impact des événements sur cette femme. Quand un drame a raison du vernis mondain et nous révèle Jackie Kennedy sous les apparences.

Jackie Andy Warhol

La sérigraphie a fait la gloire d’Andy Warhol mais son travail de photographe est tout aussi important, et là encore il s’est servit de l’art pour nous montrer l’apparence des gens, mais aussi ce qu’il cachent, la façon dont ils se mettent en scène. Et il ne pouvait qu’être son meilleur modèle pour le montrer. A la fin des années 70 et au début des années 80, principalement devant l’objectif de Christopher Makos, il travaille sur une série de polaroid et d’autres formats ou il apparait lui même, maquillé, portant des perruques féminines, mais torse nu ou habillé en homme.

Il a parlé de la fascination qu’exerçait sur lui la volonté des drag queens de s’habiller, de se maquiller, de se faire passer pour, d’être des femmes. Il expliquait qu’il ne cherchait certainement pas à dire si c’était bien ou mal, si ils s’y prenait bien ou mal. Il était admiratif car ça demande beaucoup de travail, de sembler être l’inverse de ce que la nature a fait de soi, puis de prendre l’apparence d’une femme fantasmée.

« It’s hard work to look like the complete opposite of what nature made you and then to be an imitation of what was only a fantasy woman in the first place. »

Andy Warhol male-female

Son travail ne se limitait pas à montrer l’apparence des personnes qui l’entouraient et des célébrités qui défilaient devant son polaroid et bientôt sur ses toiles sérigraphiées. Ancien dessinateur publicitaire, il n’a cessé de s’intéresser aux objets. Les très célèbres conserves de soupe Campbell, mais aussi les boites de lessive Brillo. Des boites qui semblent être pleine de lessive, mais qui n’en sont que la reproduction. Les cartons étaient sérigraphiés de tout côtés par Warhol lui même et un de ses assistants, souvent Gérard Malanga, et installées dans les expositions comme un étalage de supermarché.

Andy Warhol Gerard Malanga Brillo

Même des boites de lessive ont quelque chose à cacher avec Andy Warhol : elles ne sont qu’apparence et faux semblant. Une imitation destinée à sublimer l’objet, mais aussi le quotidien, à tout esthétiser. De la trace laissée par la mort à la lessive en passant par la transformation de genre tout n’est qu’esthétique et représentation chez lui, tout n’est que façade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s