Lecture du mois·Livre

Lectures du mois #1

Christophe Colomb Goetz Delacroix Sagan Bartabas Villani Pérez Reverte

Les oiseaux de Christophe ColombAdrien Goetz (2016)

Adrien Goetz a ce style fluide et passionné à la fois. Il nous emmène dans des mondes toujours différents, avec la même implication. il nous fait vivre le lieu, l’époque, en quelques mots. Pas besoin de grande descriptions. Un personnage central, ici Alina treize ans, jeune espagnole vivant dans sa famille parisienne pour quelques mois. A l’occasion d’une recherche scolaire elle visite le Musée du Quai Branly, et s’intéresse particulièrement au peuple amérindien Taïnos. Par un concours de circonstances elle va traduire une copie du journal de bord de Christophe Colomb. L’histoire est enrichissante sous une apparence légère, les personnages attachants nous emportent avec eux, si on connait le Quai Branly, on s’y voit, on s’y promène par la pensée au milieu des vitrines, on retrouve cette impression de melting pot culturel, passant d’un continent à l’autre sans même s’en rendre compte.

Delacroix – Frédéric Martinez (2016)

Biographie d’Eugène Delacroix, ce livre très complet s’intéresse, dans un style enlevé, à la vie du peintre mais aussi et surtout à sa personnalité, à son caractère passionné et tourmenté. L’œuvre de Delacroix traduit sa force de caractère, le mouvement, la précision, les toiles immenses, les croquis sur une feuille blanche… Tout nous parle de l’artiste, mais on ne s’en rend compte qu’en s’imprégnant de sa personnalité de dandy parisien, passionné d’Italie qui ne la verra jamais, émerveillé par ce qu’il découvre lors de son voyage au Maroc et en Espagne. Les chapitres du livre, court, très bien écrit, nous font suivre les traces du plus grand peintre romantique. Ses amis, ses amours, sa relation à sa profession, aux admirateurs, Charles Baudelaire en tête de file et à sa ville, Paris. Nous somme avec Delacroix de la première et à la dernière page et ont s’attache irrémédiablement à lui.

Comment conjuguer passion et création – Bartabas et Cédric Villani (2014)

Derrière ce titre un peu étrange se cache un dialogue passionnant entre deux personnalités évoluant dans des milieux complètement différents et qui ne se connaissaient pas avant d’avoir une conversation publique, intégralement retranscrite ici. Bartabas, artiste, travaillant sur le vivant avec ses chevaux et ses rencontres et Cédric Villani, mathématicien ayant notamment pour but de faire connaitre son métier et son champ de recherche au plus grand nombre, ont eu l’occasion de partager sur ce qui sous tend leurs métiers, la passion et la création. Ouverts l’un à l’autre, ils s’interrogent mutuellement, trouvent des points commun entre leurs professions et ne passent pas les différences sous silence. Ils nous emportent dans leur dialogue, les chevaux, l’ouverture sur le monde et les mathématiques se rencontrent devant nous et font sens ensemble.

Dans un mois dans un an – Françoise Sagan (1957)

Les histoires de Françoise Sagan nous parlent souvent d’une certaine classe sociale, essentiellement parisienne. Sa classe sociale. La bourgeoisie tranquille. Et des jeunes gens désargentés qui s’y frottent, s’y confrontent et souvent y perdent encore. Il y a chez elle des types de personnages, le couple d’age mur, lui ayant une profession valorisante mais n’étant pas heureux pour autant, elle s’occupant et vivant calmement. Souvent il a une maitresse, ou désire une femme. Cette femme apparait ici sous les traits de Béatrice, comédienne sur le point de faire décoller sa carrière. Et autours d’eux tournent des jeunes gens. Cette déclinaison des histoires, des personnages, des situations pourrait paraitre facile, et Sagan s’y est laissée prendre plusieurs fois, écrivant comme sur pilotage automatique, mais ici, ça marche. On y trouve la genèse de « Le lit défait », on se laisse bercer par l’écriture, on y regarde la cruauté de ce petit monde bien connu de l’auteur, qui comme tous, finalement, parle avant tout d’elle même et de se qu’elle connait.

Deux hommes de bien – Arturo Pérez-Reverte (2015)

Ancien journaliste, Arturo Pérez-Reverte écrit autant ses enquêtes que des histoires. D’un chapitre à l’autre et ce dans nombre de ses livres nous passons d’un siècle ou d’une situation bien éloignée de notre quotidien à la traque romancée du sujet par son auteur. Ce procédé, devenu fréquent, est extrêmement bien maitrisé ici. Les ruptures sont marquées, mais l’auteur n’est finalement qu’un personnage parmi les autres. De Madrid à Paris et jusqu’à leur retour en Espagne nous suivons deux membres de l’Académie Royale d’Espagne chargés par elle de ramener l’édition complète et d’origine de L’Encyclopédie. Leurs aventures, entravées par les plans de deux de leurs confrères nous font découvrir les nuances parisiennes à l’orée de la révolution. Le monde de l’aristocratie resplendit encore mais la colère gronde déjà. Pérez-Reverte montre une fois de plus qu’il est à l’aise dans toutes les époques, ses personnages font preuve de caractère et ne tombe jamais dans la caricature même lorsqu’ils sont des figures classique du roman d’aventure.

Et vous qu’avez vous lu récemment ? Quels sont les auteurs qui vous accompagnent et dont vous lisez tout ?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s