Expo·Photo

Ed van der Elsken – Jeu de Paume

Né en 1925, Ed van der Elsken à consacré sa vie et sa carrière, intimement liées, à la jeunesse, celle des Pays Bas, son pays, mais aussi celle du monde entier. De 1950 et son installation à Paris jusqu’à sa mort en 1990, tout en connaissant des interruptions dans sa production artistique, il aura dressé un panorama mondiale d’une jeunesse libre, souvent pauvre, mais affranchie. Le musée du Jeu de Paume lui consacre sa première rétrospective française « La vie folle » jusqu’au 24 septembre.

Ed Van Der Elsken - Jeu de Paume

Paris, 1953

Pendant cinq ans, il va se consacrer à la jeunesse de Saint Germain des Prés, le vent de liberté qui souffle sur la ville et ses jeunes habitants vont lui apporter une muse, Vali Mayers, à travers son prisme il va dresser un portrait de la vie nocturne du quartier. Avec presque une décennie d’avance il préfigure ce que sera la Nouvelle Vague. Il prend ses photos dans les rues, dans les bars, fait parfois poser, mais respecte manifestement toujours la personnalité de ses sujets. Jamais trop intrusif, même si il est très présent, il capture la joie de vivre de ceux qui n’ont rien d’autre que leurs jeunesses et leurs libertés.

Ed Van Der Elsken - Jeu de Paume 2

Paris, 1950

Ce portrait très tranché du Paris du début des années cinquante est assez inhabituel. Bien sur, Brassaï, Doisneau parfois Willy Ronis parmi tant d’autres prennent des photos de Paris la nuit à cette époque, mais là ou ils cherchent à montrer, comme les photo-reporters qu’ils sont, un groupe dont ils ne font plus vraiment partit, Ed van der Elksen nous invite à voir un monde dans lequel il s’est intégré. Il est de cette jeunesse germanopratine.

L’exposition du musée du Jeu de Paume nous fait pénétrer cette vie de peu, mais de beaucoup de liberté avec son photographe. On circule en ville avec lui, on voient vivre ses personnages, et parfois même, au détour d’un cartel après avoir regardé une photo, ont redécouvre une vedette en devenir. Reconnaitrez vous celle de la photo ci-dessous ?

Ed Van Der Elsken - 3

Paris, 1952

Ed Van Der Elsken - 4

Paris, 1953

De retour à Amsterdam en 1955 il travaillera en noir et blanc, mais aussi ce qu’il avait déjà fait en France, en couleur. Il capturera la liberté décuplée de la jeunesse des années 60 dans sa ville de naissance, celle ou il retournera toujours. Les jeunes femmes de la photo suivante ne sont rien d’autres que de nouvelles représentantes de la vingtaine décomplexée, s’amusant à chaque instant pour mieux braver le monde, alors que les modèles parisiens des photos des années 50 sont maintenant pleinement dans l’âge adulte.

Ed Van Der Elsken - 5

Amsterdam, 1967

Grand voyageur Ed van der Elsken à parcourut le monde, il a visité plusieurs pays d’Afrique, se faisant accepter par les habitants et photographiant les rites, en fuyant toujours l’aspect anthropologique. Il n’est pas là pour montrer une population, il est là pour vivre parmi eux et apporter son témoignage. Rien d’autre ne semble l’intéresser.

Fou de Japon il y est allé à de très nombreuses reprises, la jeunesse l’intéresse toujours, mais il y dresse plus généralement un portrait des habitants, n’hésitant pas à prendre les Yakuza en photos. Dans les années 70 et 80 il montre le contraste entre une population d’apparence assez rangée, comme cette jeune femme sur un quai de métro,  et celle bien plus libre et folle des punk japonais arborant leurs vingt ans et des chevelures que les punk londonien affichaient avec autant de fierté et de crânerie.

EdVanDerElsken_18.jpg

Tokyo, 1981

Ed Van Der Elsken - 6

Tokyo, 1984

L’exposition du musée du Jeu de Paume nous fait découvrir un artiste libre, voyageur, fasciné par la liberté, la sienne mais aussi et surtout celle des autres, des jeunes gens qui ont fait les adultes du lendemain. Vivant avec eux pour intégrer au mieux leurs modes de vies, il nous montre quatre décennies de liberté d’esprit à travers le monde et surtout,  il nous prouve que la jeunesse est éternelle malgré la rébellion de chaque génération contre la précédente.

Ed van der Elsken sur le site du musée du Jeu de Paume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s