Acteurs·Cinéma

Le Redoutable – Michel Hazanavicius

le-redoutable-de-michel-hazanavicius-avec-louis-garrel-1_5942210

Fidèle à lui même Michel Hazanavicius a réalisé avec Le Redoutable un film de cinéphile, un film hommage, mais un film accessible à tout ceux intéressés par le sujet. Intéressés, car il n’est absolument pas nécessaire d’aimer Jean-Luc Godard pour voir le film. Mais il ne faut pas s’attendre à l’aimer davantage en ressortant du cinéma.

A travers un montage très godardien, mais encore simple, avec un exercice de style qui ne s’accentue que par moment, pour souligner un propos, une scène. L’histoire qui nous est montrée reste linéaire, à l’image du travail du réalisateur jusqu’en mai 68. Mouvement social auquel il a pleinement pris part, jusqu’au boutiste, se fâchant avec tous ou presque, volontairement ou non. Car tout laisse à penser qu’il ne se rend absolument pas compte de ce qui peux le séparer de ses amis. Il est habité et n’accepte rien de ce qui diffère de sa pensée. Brillante pour les uns, pédante au possible pour les autres.

Au centre du film, une histoire d’amour qui se délite. Celle de Godard et de sa femme Anne Wiazemsky, jeune fille de bonne famille, petite fille de Mauriac, qui a brisée les conventions en tombant amoureuse d’un cinéaste révolutionnaire et maoïste et en épousant l’homme qu’elle aime. L’homme qu’elle aime encore au début du film. Mais la révolution va vite les séparés. Même si ils sont ensemble la plupart du temps c’est la solitude et la honte d’Anne qui sautent aux yeux le plus souvent. C’est à travers son regard que l’histoire nous est racontée, un point de vue accentué par l’amour qui se désagrège, mais une période racontée quarante sept ans plus tard. On peut supposer que sa rancœur aurait du s’apaiser si elle le pouvait.

Stacy_Martin_Anne_Wiazemsky_film_Michel_Hazanavicius_Jean-Luc_Godard

Le film est un bel objet cinématographique, comme Michel Hazanavicius sait si bien les faire, on ris, on est surpris. On ne peut qu’admirer son sens du détail. On retrouvent avec joie des éléments des films de Jean-Luc Godard, dans le montage, mais aussi dans les décors, les objets et les dialogues. Mais un hommage à Truffaut se glisse aussi parfois. Le talent et l’interprétation brillante de Stacy Martin font vite oublier qu’elle ressemble plus à Anna Karina qu’à Anne Wiazemsky, et il faut souligner le jeu de Louis Garrel, qui en plus d’imiter parfaitement la voix de Godard nous fait croire à son personnage. Dans le rôle des amis fidèles qui finissent par se lasser Bérénice Béjo, toujours impeccable, et le très bon Micha Lescot, emballent le tout et nous font passer un peu plus d’1h30 surprenante dans les affres de l’amour et de l’amitié qui se délite.

le redoutable hazanavicius

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s