Acteurs·Cinéma·Théâtre

Fatale Fanny Ardant

Il n’y a plus beaucoup d’actrices qui soient des femmes fatales, elles semblent appartenir à une autre époque. A un age d’or révolu. Mais, heureusement, il y a toujours Fanny Ardant. Depuis 1974 et ses débuts sur scène elle nous donne à voir son élégance, sa présence, sa beauté, fatale. Sa voix si particulière, feutrée mais pleine de nuances, rendue plus grave par la cigarette et les années, claquante d’un seul coup, fatale, elle aussi.

Elle a jouée dans soixante six films en un peu plus de quarante ans de carrière devant la caméra, auquel s’ajoutent vingt et un téléfilms et trente rôles au théâtre. Une carrière résolument tournée vers le cinéma d’auteur, un gout pour le théâtre classique avant de jouer, désormais, des rôles qui sortent des sentiers battus. Elle fait rêver les réalisateurs et metteurs en scène à la recherche d’une femme fatale, avec un sens du tragique mais sachant aussi jouer la comédie. Éclatant de rire dans le drame pour tout balayer en une seconde, mais aussi donnant du relief au comique, le rendant moins facile qu’il pourrait l’être.

C’est en regardant Les dames de la côte que François Truffaut est tombé sur elle pour la première fois. Il l’a voulut pour La femme d’à coté, drame amoureux, ou les retrouvailles avec son plus bel amour l’entraine dans la tragédie. Le réalisateur célèbrera sa beauté et son talent dans son dernier film Vivement dimanche ! Polar noir qui est plus un prétexte à filmer celle qui fut sa dernière compagne, qu’un bon film. Le noir et blanc, l’esthétique rétro et Fanny Ardant en détective improvisée en sont les meilleurs arguments.

Actuellement au théâtre et en tournée dans Croque Monsieur de Marcel Mithois mis en scène par Thierry Klifa, avec qui elle a déjà travaillé à deux reprises elle joue pour la première fois dans du Théâtre de Boulevard. Ce genre populaire rendu célèbre par, entre autre, Feydeau et Sacha Guitry. Elle a avoué sa surprise quand le metteur en scène lui a proposé le rôle, et il y avait de quoi l’être, tant ce style de théâtre est éloigné de ce qu’elle a pu jouer jusqu’à présent. Mais force est de constater que la pièce lui va comme un gant. Elle y joue Coco Baisos, à l’instant, veuve et ruinée qui se met en chasse d’un nouveau mari riche avant d’annoncer la mort du défunt. Grande séductrice, elle pense pouvoir l’emporter avec le premier sur lequel elle jettera son dévolu. Bien sur rien ne se passera comme prévu.

Au sein d’une troupe de huit comédiens (Bernard Menez, Vittoria Scognamiglio, Michaël Cohen, Alysson Paradis, Jean-Baptiste Lafarge, Sébastien Houbani et Pierre Rochefort) elle est éblouissante, sa présence, sa classe inaltérable, sa beauté et toute la palette de son jeu de femme fatale fascine. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour vamper tout ceux sensibles à son charme fou. On retrouve tout ce pour quoi elle est aimée et reste une des actrices française les plus charismatique. Sa façon de se tenir, son port de tête, sa façon de claquer des doigts et jusqu’à ces scènes ou Coco sort le grand jeu pour séduire ceux qu’elle cherche à épouser au plus vite.

Croque Monsieur est actuellement en tournée : Caluire (5/11), Antibes (8 et 9/11), Marseille (10 et 11/11), Orange (12/11), Genève (14 et 15/11), Coulommiers (17/11), Poissy (18/11), Puteaux (19/11), Carcassonne (21/11), Montpellier (22/11), Toulouse (23/11), Merignac (24/11), Massy (25/11), Montigny (26/11), Morges (28 et 29/11), Vichy (30/11)

Fanny Ardant Croque Monsieur 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s