Architecture·Chaine culture·Cinéma·La ville et l'art·Livre·Musée·Musique·Photo·Podcast

Chaine culture #8

Il est jeune, français, s’attaque à la délicate question du genre, il s’appelle Eddy de Pretto et pourrait bien avoir un bel avenir.

Kosuke Okahara – Okinawa

« Au cours d’un entretien avec le photographe, il nous avoue qu’il aurait aimé placer cette petite pièce dans une autre pièce, comme une poupée russe. Sur les murs, il aurait voulu exposer des photos très cliché et touristiques en couleurs, des plages et des bases maritimes de l’île d’Okinawa pour tromper le spectateur, avant qu’il ne découvre la pièce intérieure où ses photos en noir et blanc, plus brutes et oppressantes, sont affichées. »

Okinawa et ses habitants opprimés

Kosuke Okahara - Okinawa 1

Kosuke Okahara - Okinawa 2

Un homme et une femme – La samba

Un homme et une femme, c’est un classique, c’est Anouk Aimée, c’est Jean Louis Trintignant, c’est Deauville, c’est ces longs trajets en voiture et ce qu’on s’y dit, c’est chabadabada et c’est, aussi, cette délicieuse séquence de bonheur en musique.

Jean Nouvel – Le Louvre Abu Dabhi

A l’image de sa renommée, le style de Jean Nouvel est international. S’adaptant à l’environnement de ses projets et réalisations il innove à chaque fois en étant, en même temps, un caméléon de l’architecture. Dernier projet d’envergure en date, Le Louvre d’Abu Dhabi, est une prouesse de plus à son palmarès.

©_TDIC._Architect_Ateliers_Jean_Nouvel_AJ4Y5282ajn_abu_dhabi_louvre_exterior_viewAJN_HW_Abu_Dhabi_Louvre_02Louvre-Abu-Dhabi-by-Jean-Nouvel-interior-view-01

La Poudre – Sophie Fontanel

Derrière l’humour et sa liberté Sophie Fontanel masque une partie de sa vie, cette partie détruite par sa première fois. Elle en parle longuement dans le dernier épisode de La Poudre, ou elle nous confie son histoire au micro de son amie Lauren Bastide.

La Poudre avec Sophie Fontanel

La Poudre Sophie Fontanel

Première page – L’envie – Sophie Fontanel

« Pendant une longue période, qu’au fond je n’ai à cœur ni de situer dans le temps, ni d’estimer ici en nombre d’années, j’ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l’absence de vie sexuelle.

Encore faudrait-il que ce terme soit le bon, si l’on considère qu’une part colossale de sensualité a accompagné ces années, où seuls les rêves ont comblé mes attentes – mais quel rêves -, et où ce que j’ai approché, ce n’était qu’en pensée – mais quelles pensées.

Sur ce rien qui me fut salutaire, et dans lequel j’ai appris à puiser des ressources insoupçonnées, sur ce qu’est la caresse pour quelqu’un qui n’est plus caressé et qui, probablement, ne caresse plus, sur l’obsession gonflant en vous et dont on dit si bien qu’elle vous monte à la tête, sur la foule résignée que je devine, ces gens que je reconnais en un instant et pour lesquels j’éprouve tant de tendresse, je voulais faire un livre. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s