Lecture du mois·Livre

Lectures du mois #5

Perez Reverte Mnouchkine Sagan Kerr Fontanel Dumas

Le peintre de bataillesArturo Pérez-Reverte – 2006

Arturo Pérez-Reverte a une fascination pour deux types de personnages aussi romanesques que complémentaires, la femme forte, belle, tragique et l’homme volontairement quasi reclus, abimé par la vie. Ce sont eux qui font une grande part de son talent de romancier d’aventures, descendant littéraire d’Alexandre Dumas.

Le peintre de batailles n’échappe pas à la règle. Oblido et Faulques, anciens photographes de guerre. Elle morte il y a dix ans, lui retiré dans une tour sur les berges de la Méditerranée, devenu peintre de batailles, de sa bataille.

Avec ce roman Pérez-Reverte introduit une part sombre dans son œuvre. Ancien grand reporter et correspondant de guerre il semble nous dire « voilà mes souvenirs, mes fantômes ». À chaque page ou presque il dépeint des scènes de guerre criantes de vérité, au point que seul son ancien métier ne permet de les connaitre. D’apprécier la nécessaire distance à la survie physique et mentale de ceux qui en sont les témoins volontaires. Il n’a pas besoin de faire d’enquête sur son sujet, comme il le fait régulièrement, les romançant, se mettant en scène dans ses livres, comme il le fit brillamment dans La Reine du Sud. Il a vécu ce qu’il décrit. Et même s’il n’est nul part dans le récit, il y est partout par la pensée. La sienne, et celle du lecteur qui sait son passé.

La mort, entre autresPhilip Kerr – 2006

Retrouver Bernie Gunther après la guerre, en proie aux difficultés politiques et matérielles de l’Allemagne d’après la défaite est un plaisir particulier. On retrouve dans La mort, entre autres cette écriture de polar noir porté par un privé miteux qui tranche radicalement avec le contexte dans lequel il évolue. Alors que les premières pages de La trilogie Berlinoise surprenaient, retrouver ce jeu incessant entre un style léger et populaire et un contexte historique dramatique, c’est retrouver une atmosphère familière. On imagine Bogart, qui interprétait si naturellement ces personnages, au cœur des magouilles d’une dénazification au mieux approximative dans l’immédiat après-guerre.

Une douce flammePhilip Kerr – 2008

Plus que La mort, entre autres, Une douce flamme est glaçant. À travers l’histoire de Bernie Gunther notre privé miteux préféré qui se retrouve dans la dictature Argentine de Peron et de son immigration massive « de vieux camarades ». On y perd nos dernières illusions avec lui. Philip Kerr rendait à merveille le passage des années sur son personnage. Il y règle ses comptes avec sa conscience et les anciens SS et toujours nazi qu’il est amené à croiser.

Les trois mousquetairesAlexandre Dumas – 1844

Relire un classique est un plaisir à part. Les trois mousquetaires est un roman exceptionnel. Il contient à lui seul tout ce qui fait, pas seulement les romans de cape et d’épée, mais aussi et surtout les romans d’aventures. Une vraie méchante sans remords, un personnage jeune et fougueux que le lecteur voit évoluer au fil des pages, des camarades pleins de sagesses et de courage. Et un fond historique, bien qu’allègrement remanié, pour servir l’histoire.

Alexandre Dumas est un auteur extraordinaire. Le simple fait qu’il ait écrit Le comte de Monte-Cristo en même temps que Les trois mousquetaires est le signe d’une imagination et d’une force de travail d’exception ! Quand la science de l’auteur est mise au service du lecteur, pour le plaisir de se laisser embarquer, ou réembarquer dans une histoire classique et chérie, c’est la joie de l’enfance, de la découverte d’un classique, parmi les classiques qui ressurgit à chaque phrase, à chaque instant !

Ariane Mnouchkine – 2009

Paru il y a bientôt dix ans et revenant ce qui fait l’esprit du Théâtre du Soleil, cet assemblage de réflexions et explications d’Ariane Mnouchkine sur son travail, et surtout celui de sa troupe, est passionnant. Elle dit son exigence, mais surtout le travail commun et la force du collectif, et pas seulement celui des comédiens. Les techniciens, les membres du bureau administratifs. Tous ont une influence et une implication dans la création. Ne serais ce que leurs présences ou non les premiers jours de répétitions dessinent une direction. Que l’on ait fait ou non, l’expérience d’aller au Théâtre du Soleil, on s’y sent comme plongés. Le langage parlé, puisque retranscrit, du livre est un formidable facteur de compréhension. Simple. Direct. Exigeant mais humain.

Un peu de soleil dans l’eau froide Françoise Sagan – 1969

Au milieu des personnages mélancoliques et un peu cruels de Françoise Sagan et de son Paris qui semble n’être peuplé que de leurs semblables et de quelques proies, surgit parfois un personnage qui transforme son univers. La Nathalie d’Un peu de soleil dans l’eau froide en est. Cette bourgeoise de province, empreinte d’absolu et de la passion folle qui l’accompagne, nécessairement, rappelle Fanny Ardant dans La femme d’à côté, les femmes de Chabrol aussi. L’écriture souple et familière de Françoise Sagan gagne toujours à rencontrer un tel personnage et la lire est un plaisir renouvelé.

L’amour dans la vie des gensSophie Fontanel – 2003

Dans ses livres récents (L’envie, Une apparition) Sophie Fontanel explore et parle à travers son exemple des injonctions faites aux femmes et de sa façon d’y résister. En 2003, les prémices de cette thématique sont au cœur de L’amour dans la vie des gens. Ce succèdent des phrases, des remarques, des faits sur le rapport terriblement tordu à l’amour dans la société et « dans la vie des gens ». Au regard de ses publications récentes, le livre semble être la base de ce que Sophie Fontanel décrit aujourd’hui. Comme une ébauche, réussie, mais qui s’est considérablement étoffée depuis !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s